Dans le cadre des missions du Fonds de Dotation Lévêque, nous sommes sensibles à l’évolution des discours et à l’apparition d’un regard critique sur la colonisation dans les musées européens. A ce titre, toute l’équipe du FDL s’est rendue à l’Africa Museum (anciennement Musée royal de l’Afrique centrale) à Tervuren en Belgique, rénové depuis peu dans un nouvel esprit de « décolonisation des collections ». Fondé en 1897 à l’occasion de l’Exposition universelle de Bruxelles, l’institution n’avait pas changé son exposition permanente depuis les années 1950…
Le nouveau musée, inauguré en décembre 2018, propose un discours critique sur la colonisation et rééquilibre les rapports entre la Belgique et l’ancien Congo Belge, dont l’indépendance date de 1960. La nouvelle scénographie conserve l’ancienne architecture, tandis que des vitrines modernes sont accompagnées de nombreuses explications multimédia.

 

La sculpture Nouveau souffle ou Le Congo Bourgeonnant de l’artiste Aimé Mpane est une belle illustration de cette nouvelle volonté de dialogues et d’échanges égalitaires entre européens et africains. Installé dans la Grande Rotonde du musée, ce visage africain surdimensionné, construit en bois ajouré sur un socle en bronze, fait face aux sculptures coloniales du début du XXe siècle. Ces exemples de propagande représentent les belges tels des hérauts de la civilisation, alors que les africains sont figurés en plus petits, en position d’infériorité. En leur faisant contrepoids et en attirant les regards sur elle plutôt que sur les murs, l’œuvre de l’artiste congolais est une invitation à défier le passé pour créer un avenir meilleur, grâce à la force et à la créativité des artistes africains.

A cette occasion, notre responsable de projet Damien Rwegera nous a permis de rencontrer la sociologue rwandaise Emeline Uwizeyimana, qui a participé en tant que consultante à la restructuration du musée, parmi d’autres experts africains ou issus de la diaspora. En 2016 Emeline Uwizeyimana a publié sa thèse en sociologie intitulée Le micro-crédit à l’épreuve des inégalités de genre: La persistance de la pauvreté au Rwanda post-génocide, aux Editions L’Harmattan.

écrit par Anaelle Dechaud & Sarra Mezhoud

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :